LE COURS
LA DOC
EXERCICES

PROJETS

CHERCHER

 

 

 

Une nouvelle interface est
en voie d'implantation.
Veuillez nous excuser
des inconvénients
momentanés

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  PROJETS/ Projets / Resumes  

Resumes

0533621
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- ma.11 sept 2007-10 h50
- Résumé


GEADAH, Yolande, Accommodements raisonnables, droit à la différence
et non différence des droits, Montréal, VLB, 2007, 96 p.

Ce livre nous parle du sujet très actuel que sont les
accommodements raisonnables. L’auteur nous invite à comprend avant à
quoi consiste ce problème et nous le défini. Elle nous parle, sous un point
de vue neutre, de sujets très chauds de l’actualité comme le port du voile
et du kir pan par des étudiants et aussi du cas du YMCA et des juifs
hassidiques. Le cas de la Laïcisation et l’exemple d’autres pays comme la
France, l’Angleterre et la Turquie y sont abordées. L’auteur nous fait
réfléchir sur l’efficacité véritable des accommodements raisonnables sur
la population québécoise.

9974018
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- l.17 sept 2007-10 h01
- Idées reçues de l'Australie

L'endos du livre dit que l'auteur veut clarifier certaines croyances que l'on a de l'Australie. Ce livre vient de la collection « Idées reçues » et a aussi un site web. La parution de cet ouvrage date de janvier 2007.

Dans l'introduction, l'on dit de l'Australie un pays se souciant de la vision d'autrui, elle n'a donc pas une image et une identité propre. La raison est que l'Australie n'ait pas plusieurs années d'histoire comme le Japon ou la Grande-Bretagne sa mère patrie. L'on dit que les dirigeants de l'Australie veulent montrer une image basée sur des aspects politiques et économiques. Dans la conclusion, l'on précise que l'image de l'Australie reste malgré tout le pays des kangourous, des aborigènes et des surfeurs. Le pays ne semble pas avoir de patrimoine, de culture propre et de quelconques produits exportables. L'auteur croit d'ailleurs que cette idée que l'on a de l'Australie est simpliste.

Dans le livre, l'on peut trouver une carte géographique de l'Australie. Aucune autre image, à part la couverture, n'est présentée.

Le premier chapitre parle de la colonisation et du pays protégeant l'Australie, les États-Unis. L'on dit que l'Australie est divisée en deux mondes : le nord qui est la partie civilisée semblable à la France et la partie sud qui serait non civilisée. Dans le deuxième chapitre, l'on dit que les banlieues sont populaires dans ce pays, mais à cause de l'augmentation des prix de terrain et du manque de transport en commun les gens retournent vivre en ville. Au dernier chapitre, l'on revient au temps de la colonisation et de la réputation première de l'Australie comme étant un pays sinistre pour les gens. Encore aujourd'hui les habitants non aborigènes de l'Australie ont de la difficulté à se sentir chez eux.

Pour ce qui est de l'idée de l'auteur, selon laquelle les croyances que l'on se fait de l'Australie et la réalité y sont bien développées. Pour ma recherche, la partie qui parle de l'identité de ce pays pourrait m'intéresser. Par contre, la colonisation de ce pays et ses particularités ne me sont pas utiles. Je me suis donc résignée à rechercher des informations anglaises afin d'être plus dans le vif et l'heure du sujet.


0530932
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- DE BETTIGNIES, Henri-Claude, Paul Brunon, Le japon, Flammarion, Dominos, [s.v.], 1998. 127
- l.17 sept 2007-13 h17
- Cette ouvrage traite de du japon dans son essor économique et ses
transformations. L’identité de la nation Japonaise est la clé de voûte de
son essor et pourquoi, voici ce que ses auteurs veulent nous faire
découvrir. La tradition, la modernité, la nation japonaise et celle-ci face au
monde avec ces ambitions et la recherche du prochain modèle, et si son
identité est si immuable.
Le nationalisme Japonais vu sur sa base montre qu’il y a mille ans et plus
la “politique du mieux” existait déjà et l’idée d’un peuple compétitif y débute
avec le nationalisme. Le japon n’a pas 2 identité mais bien une : la
modernité, toujours moderne devant les autres en ouvrant ses porte au
savoir des autres en en refermant ses porte une fois ce savoir
perfectionné, donc sa tradition est sa modernité. L'élève devint le maître et
différent du maître, rien de ce qui es japonais n’équivaudra à ce qui peut
être d’ailleurs. Le japon n’est jamais premier mais peut-il l’être si
l’autosatisfaction ne lui suffit pas. Le nationaliste japonais ne dicte pas
portant d’acheter “made in japan” et le protectionnisme est important dans
leur économie. Le Japon est une question identité, et comme on dite
connaît toi toi-même avant de connaître les autres.
L’ouvrage rempli bien sa mission et plus en nous faisant découvrir le géant
économique et sa recette non copiable de la réussite. Donc cette ouvrage
dans le cadre de ma recherche sur le japon une monde clos aux autres
cultures immigrantes démontrer bien une partie du pourquoi et est très
utile dans le cadre de ma recherche.

0681768
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- l.17 sept 2007-16 h10
- Dans cet ouvrage, les auteurs se penchent sur la problématique des identités collectives et sur le sentiment d'appartenance (intégration ou exclusion). Ils s'appuient sur des exemples de sociétés pluralistes comme le Canada, l'Australie ou la Grande-Bretagne, qu'ils comparent au modèle républicain français. Pour les auteurs, la problématique du mythe identitaire est simple; il s'agit de «rassembler ce qui est épars».

Le livre se divise en quatre parties. Dans la première partie, les auteurs tentent de définir les notions de culture, d'identité, d'acculturation, d'intégration ainsi que les objectifs du multiculturalisme. La deuxième partie porte sur la quête identitaire, c'est-à-dire sur la tendance qu'on les groupes ethniques minoritaires et «diasporiques» à vouloir se trouver une identité propre et à s'affirmer. Dans la troisième partie, on se penche davantage sur le projet du multiculturalisme et ses résultats; on étudie en profondeur l'exemple d'un État pluraliste à savoir, le Canada, que l'on compare au culte français de l'unité. On en vient à la conclusion que si, au Canada, le multiculturalisme est si cher aux immigrants, c'est que ceux-ci ont peur de ne pas avoir leur place dans le duo raté formé par les pays fondateurs. À l'opposé, en France, l'assimilation et le fait de ne pas séparer les groupes ethniques, donc de viser l'unité, permettrait d'éviter les hostilités et favoriserait l'égalité. Cependant, aux dires des auteurs, si ce système ne fonctionne pas, c'est parce que prétendre que l'«ethnicité» n'existe pas entraîne l'exclusion de la sphère politique et sociale. Justement, sur ce point, on attribue l'origine du multiculturalisme à une stratégie des partis politiques pour accaparer les votes. Finalement, la quatrième partie laisse place à des médiations culturelles, à des débats ayant pour objectif de trouver un juste milieu entre les différents modèles d'intégration.

En somme, les auteurs ne prennent pas position pour l'un ou l'autre de ces modèles, mais se contentent simplement de les analyser. Ils répondent également à la question du pourquoi du besoin d'identité. Le recours aux exemples de la Grande-Bretagne et de la France seront particulièrement utiles à notre recherche, sans oublier l'exemple du Canada qui est ici présenté comme une synthèse entre les deux modèles d'intégration.

0634459
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- GEADAH,Yolande, Accommodements raisonnables, Montréal, VLB éditeur, 2007, 94p.
- l.17 sept 2007-18 h11
- Le sujet du livre de Yolande Geadah est les accommodements raisonnables. Yolande Geadah consière que oui, nous avons droit à la différence mais que ceci ne veut pas dire oui à la différence des droits. Tout d'abord viens l'explication du terme d'accommodements raisonnables. Ensuite, Y.Geadah replace le débat dans une perspective globale. Pour poursuivre, elle définit le terme de la laïcité pour ensuite faire un dessin du contexte québécois et canadien. En avant dernier propos, elle parlera des différents enjeux sociaux et pour terminer, elle traitera de l'enfermement identitaire.
Premièrement, Yolande Geadah définit le terme des accommodements raisonnables. Le terme serait ambigu, car la définition même des mots révèle un tout autre sens qui ne peut pas véritablement s'appliquer au plan juridique. Ensuite, il est important d'aborder le sujet en faisant une analyse globale, car on ne peut se limiter au cas par cas. Par la suite, Y.Geadah fait le point sur la vision de la liberté religieuse au Canada et au Québec. Ensuite, il sera question des différents enjeux sociaux, soit les différentes revendications des communautés religieuses, qui remettent en question le modèle de société séculier. Finalement, Yolande Geadah argumentera sur l’importance de sortir de cet enfermement identitaire qui ne fait que creuser davantage le fossé entre les minorités religieuses et le reste de la société.
Pour conclure, l’ouvrage répond bien à sa thèse en évoquant plusieurs arguments puissants cernant le tour du sujet. La partie sur le Canada et le québec me sera utile pour ma recherche.

0646114
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- l.17 sept 2007-18 h26
-
ROUSSEAU, Guillaume, La nation à l’épreuve de l’immigration, Québec, 2006, 158 p.


Le sujet de ce livre traite sur les modèles d’intégrations des immigrants. L’auteur vise à nous démontrer que l’immigration est un phénomène qui grandit et qui ce diversifi cependant, il faut savoir comment bien agencer les cultures , ce qui n’est pas toujours simple. La langue, multiculturalisme vs le républicanisme, l’éducation et la religion sont les principaux sujets évoqué dans ce livre.

En occident, il y a de grands débats sur l’identité, pour favoriser intégration il y a 2 grandes approches, le républicanisme et le multiculturalisme. Il y a aussi un débat sur l’identité canadienne , ce qui touche la langue, le bilinguiste. De plus, l’éducation cause problème car, il y avait des écoles publiques catholiques et non d’autres religions. Le modèle d’intégration du québec, favorise l’immigration dû à une baisse du taux de natalité et est devenu plus souple sur le plan religieux. Les priorités du modèle québécois sont la francisation, l’acceuil et la détermination.

Il existe plusieurs modèles d’intégrations différents mais, ils visent tous une forme d’intégration linguistique, valorisent la liberté religieuse, les programmes éducatifs et la préservation de la langue. Cependant, il faut encore faire du chemin pour vivre en harmonie, comme laïcisé pour mieux s’adapter à la diversité religieuse et rendre le modèle québécois plus autonome, une des solutions à cela serait l’accession du Québec à la souveraineté.




0643818
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- DICKASON.P, Olive, Le mythe du sauvage, Québec, Septentrion, 1993, 451p.
- l.17 sept 2007-19 h25
-
Le livre parle principalement de la rencontre entre le Vieux Monde (Europe) et le Nouveau-Monde (Amérique). L’auteure tente de nous montrer les différents facteurs qui ont influencées les relations que les deux mondes ont entretenus. Elle divise son livre en trois parties : la situation des différents pays colonisateurs (Espagne, Portugal et France) et des différents peuples qui habitent l’Amérique (Mayas, Incas, Aztèques, hurons…etc.). Elle parle ensuite du climat dans lequel les premiers contacts ont été établis puis elle raconte la différence qui existait entre les Hommes d’Europe et les Hommes d’Amérique et comment chacun a tenté d’influencer l’autre. Elle parle surtout de la situation des Amérindiens de la Nouvelle-France et des Français.

Différents chapitres :
-Réactions des Européens face à l’existence de peuples sur le Nouveau Continent
-La façon dont les Amérindiens seront considérés par les Européens
-La vision des philosophes et autres intellectuels sur l’origine des Amérindiens
-Les Européens considèrent les Amérindiens comme des peuples de sauvages barbares
-Chaque mœurs, coutume ou habilité des peuples amérindiens servira à expliquer la sauvagerie supposée des Amérindiens
-Les Européens tentent de s’installer en Amérique
-Des Amérindiens sont apportés en Europe
-L’arrivée de commerçant sur le territoire de la Nouvelle-France afin de commercer avec les Amérindiens
-L’évangélisation en Nouvelle-France

Le livre remplit bien ses objectifs soit de démontrer ce qui a poussé les Européens à identifier les Amérindiens comme des sauvages.

0667993
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- MARIAGE-STRAUSS, Annie, Les États-Unis face à l'immigration, Paris, Ellipses, "Les essentiels de la civilisation anglo-saxonne", 2002. 125 p.
- l.17 sept 2007-19 h40
- L’ouvrage traite de l’histoire de l’émigration vers les États-Unis. L’auteur a pour thèse qu’il existe un lien étroit entre la situation économique des Etats-Unis, les problèmes politiques rencontrés par le pays, les courants idéologiques qui traversent la population aux niveaux de l’immigration et les lois votés par rapport à celle-ci. La première partie de l’ouvrage analyse l’immigration américaine d’un point de vu historique et géographique et la deuxième analyse d’avantage la place des immigrants actuellement aux États-Unis.

Le premier chapitre retrace l’histoire des différentes vagues d'émigrations vers les Etats-Unis et leurs causes. Le deuxième chapitre est consacré à la distribution géographique de l’immigration et ses causes. Le troisième chapitre fait l’historique des différentes réactions d’hostilités de la part de la population locale face aux nouveaux arrivants. Le 4e chapitre se consacre au modèle législatif américain quant à l’immigration, ses contradictions et ses conséquences. Finalement, le 5e chapitre traite de la place actuelle des différents groupes d’immigrants dans la société américaine. La conclusion se consacre quant à elle aux perspectives futures de l’immigration américaine.

Les liens entre idéologies de la population quant à l’immigration, lois et la situation économique sont très bien expliqués grâce aux donnés scientifiques que l’auteur présente dans son livre. Cette ouvrage présente un intérêt pour ma recherche par ces nombreuses descriptions et donnés statistiques de l’immigration latino-américaine aux États-Unis.

0645479
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- l.17 sept 2007-21 h07
- LAJOIE, Andrée, Quand les minorités font la loi, « les voies du droit », Paris, Presses Universitaires de France, 2002. 217p.

Cet ouvrage porte sur les voies d’intégration des minorités à l’intérieur d’un État. Ce livre vise à rendre compte de la supériorité des valeurs dominantes ainsi que des minorités qui sont limités à l’intersection entre deux groupes de valeurs. On y cherche à analyser l’intégration au droit des valeurs respectives de certaines minorités et de ses conséquences pour la gouvernance fondée sur le modèle canadien.

Cette monographie est divisée en deux parties sciemment séparées contenants deux chapitres chacune. On y retrouve de l’information sur les valeurs des différentes minorités sociales et politiques que sont les femmes, les gais, les lesbiennes, les autochtones et les québécois. On y discute aussi des valeurs minoritaires prises en compte par les pouvoirs politiques et judiciaires ainsi que les résultats controversés qui s’en suivent. On y parle des pratiques gouvernementales envers les peuples autochtones du Canada. On dresse même la liste des conséquences de ces intégrations avec la gouvernance. Il est fait une analyse des rapports du pouvoir institutionnel avec les minorités et des incidences sur celle-ci.

L’auteure répond très bien à la question qu’elle s’est donnée, en dressant un portrait assez substantiel des valeurs des différents groupes marginaux et en proposant de pousser plus loin la réflexion à travers deux voies distinctes. Pourtant, ce livre ne correspond aucunement à mon sujet de recherche puisqu’il ne traite pas des lieux de rencontres à travers l’espace et les métissages. Il s’agit tout de même d’un excellent ouvrage d’actualité sur le sujet des accommodements raisonnables. Il conviendrait toutefois mieux à une autre équipe travaillant certainement sur les modèles d’intégration et la validité du concept.

0650274
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- LEDOYEN, Alberte,Montréal au pluriel Huit communautés ethno-culturelles de la région montréalaise, Montréal, IQRC,1992.329p.
- l.17 sept 2007-23 h41
- Le sujet de l’ouvrage est la diversité culturelle de huit groupes minoritaires de la région de Montréal.Ici l’auteure a pour but premier d’émettre un portrait socio-économique de ces huit groupes ethniques vivant dans la région métropolitaine. Aussi,elle tente d’établir un lien entre les situations socio-économiques et les problèmes d’intégration de ces groupes.
L’auteure commence donc par expliquer sa méthodologie de recherche,puis montre les profils ethno-culturels et l’intégration socio-politique.Elle aborde ensuite les questions de la langue,de l’éducation et du travail.
L’ouvrage est divisé en cinq chapitres distincts.Le premier consiste à décrire les méthodes de recherche utilisées et le contexte historique de l’immigration pour situer le lecteur dans le cadre d’analyse.Au deuxième chapitre,on retrouve les aspects socio-culturels de chacun des huit groupes. Ensuite,les chapitres 3 et 4 démontrent et comparent les échantillons de chacune des communautés au niveau de la langue puis au niveau des caractéristiques de la scolarité.Finalement,le dernier paragraphe décrit les situations des groupes ethniques au niveau du marché du travail.
En somme,l’ouvrage semble répondre au but visé de départ puisque chaque communauté a été analysée en profondeur et parcourue sous différents angles.Cet ouvrage m’apparaît donc utile à mon sujet de recherche étant donné qu’il y est question des problèmes d’intégration des cultures minoritaires dans une grande région comme celle de Montréal.Par ailleurs,l’ouvrage a été publié en 1992, il ne reflète donc peut-être plus la réalité actuelle

0641447
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- Dupuis, Renée, La Question indienne au Canada, Montréal, Boréal, "Boréal express",1991.121 pages.
- ma.18 sept 2007-06 h02
- On pensaient que la question indienne était réglée depuis longtemps. Or, les évènements à Oka en 1990 nous rappels le contraire. Dans cette ouvrage, il sera tenté de mieux comprendre ces revendications en comprenant l'histoire de l'arrivée des premiers pêcheurs Européens à aujourd'hui.

Les premiers contacts se sont faient par les pêcheurs, basques, bretons er normands. À la même époque des explorateurs tels que Christophe Colomb et Jacques Cartier auront à leur tour des rencontres le plus souvent amical avec les Indiens. Au début du XVII siècle, l'Amérique exerce un grand pouvoir d'attraction sur les marchands et, engagé par le sieur Du Gua de Mons Champlain s'établit à Québec en 1608 et commerce avec les autochtones. Après la conquête de la Nouvelle-France par les anglais, le Canada adopte des mesures pour mieux protéger les sauvages et leurs terres pour éviter des conflits avec eux. Par la suite, le Canada se bâtit, mais en laissant toujours plus de côté la communauté indienne devenu, au fil du temps, une minorité. Aujourd'hui, les droits des autochtones sont respectés, mais de nombreuses questions territoriales restent en litiges et les préjugés envers les indiennes restent aussi très présent.

Même si cette lecture reste sommaire et que je n'ai vraisemblablement pas tout compris de ce que j'ai lu, je crois sincèrement que l'auteur à réussit à brosser un portrait réaliste et objectif sur la question autochtones malgré l'emploi du terme "indien" qui me fait grincer des dents à chaque fois. Cette ouvrage aura de l'importance comme introduction dans notre recherche.

0544119
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- ma.18 sept 2007-13 h03
- HELLY Denise, Le Québec face à la pluralité culturelle 1977-1994; un bilan documentaire des politiques, Sainte-Foy, IQRC, 1996 491p.


Le livre décrit les politiques québécoises d’insertion des immigrants et de leurs descendants depuis l’adoption de la loi 101. La thèse du livre est d’examiner les plus importantes mesures du gouvernement et des organismes des secteurs public et parapublic intervenant dans la gestion de la pluralité culturelle au Québec.

Le chapitre 1 porte sur les données statistiques. Il évalue les recensements canadiens qui demandent aux résidents de s’identifier selon leur origine nationale. Ce chapitre permet de regarder la pluralité culturelle d’une population et d’une société à une autre.

Le chapitre 2 porte sur les études et sondages effectués au Québec sur les attitudes de la population concernant l’immigration et la pluralité culturelle. Le chapitre fait une analyse des perceptions et des attitudes des québécois sur les immigrants à l’aide de sondage sur l’immigration répondue par les québécois.


Le chapitre 3 porte sur le domaine du travail et la gestion de la discrimination en vertu des immigrants. A l’aide de données statistiques et des études, le chapitre observe les problèmes reliés au travail et aux immigrants et dresse un bilan des activités sur le marché du travail.

Les autres chapitres portent sur la fonction publique, la francisation des immigrants adultes, les plans d’action gouvernementale en matière d’immigration, les services municipaux, l’éducation et la participation et acceptation culturelles des immigrants.

0059203
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- VAILLANT, Emmanuel,L'immigration, Toulouse, Les essentiels Milan, 2006, 63p.
- me.19 sept 2007-16 h38
- VAILLANT, Emmanuel, L’immigration, Toulouse, Les essentiels Milan, 2006, 63p.

L’ouvrage se penche sur l’immigration en France. Elle représente un enjeu économique, politique, social et culturel. L’auteur tente de démontrer les nouvelles tendances migratoires, le modèle d’intégration, les revendications identitaires, les difficultés sociales ainsi que les discriminations au quotidien.

Cette monographie est divisée en six chapitres. On y retrouve les fondements, c’est-à- dire les origines de la nation française, la vague d’immigration dans la période l’entre-deux-guerres et l’immigration qui est un enjeu politique. Le deuxième chapitre se consacre au contexte mondial. Le phénomène mondial de l’immigration, les réfugiés politiques ainsi que la législation. Dans le troisième chapitre, le mouvement est abordé. Le sujet principal est qui entre et qui sort des pays d’Europe. On parle aussi des situations, c’est-à-dire des tendances démographiques des populations, leurs emplois, l’école et leurs pratiques culturelles. Finalement, l’enjeu est le dernier point analysé. Le modèle d’intégration est traité, les enjeux sociaux, l’intégration et la citoyenneté ainsi que la quête d’identité.

L’auteur a bien remplit sa mission, c’est-à-dire qu’il a clairement expliqué l’immigration dans des perspectives historiques, internationales et, bien sûr, européen. Cet ouvrage peut être utile pour notre recherche.

0654111
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- l.24 sept 2007-16 h05
- DUMONT, Fernand, La vigile du Québec Octobre 1970: l'impasse?, Montréal, Hurtubise HMH, 1971, 240 p.

Cet ouvrage traite principalement de la Révolution Tranquille qui fit son apparition au début des années 60-70. L’ouvrage, comme vous pouvez le remarquer par sa date de parution, est directement lié à cette époque car il fut publié pendant cette révolution. L’auteur nous propose une œuvre qui englobe autant la vie social que la vie politique de ces temps coriaces pour le Québec. Fernand Dumont nous propose de prendre son point de vue comme un réveil soudain de la société québécoise après une histoire d’un peuple somnolant et asphyxié par la répression catholique et conservatrice. Cet ouvrage de divise principalement en quatre : la première étant une légère histoire de nos ancêtres. Vient par la suite la solitude d’un Québec incertain. Troisièmement, la coopération et l’individualité d’un peuple et pour finir, la crise d’Octobre. Premièrement, comme tout ouvrage, une mise en contexte est de mise. En effet, la mise en jeu des anciens régimes spirituels, politiques et sociaux est reconnue dans ce texte par son importance au travers du Québec d’antan. Ensuite, l’auteur met en vedette l’arrivée de la Seconde Guerre Mondiale, mais amène surtout l’avènement de l’urbanisation et de la modernisation de notre Québec ancien. Nous pouvons avouer que l’auteur avait raison de penser que cette révolution fut en effet très révélatrice de notre société moderne.

9970895
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- ma.25 sept 2007-08 h21
- TP4
Résumer ouvrage en 20 minute
Jonathan Lefebvre
Gr : mardi matin 8 :00

Résumé

Les accommodements raisonnables avaient pour origine de facilité les minorités visibles et les handicapés de toutes sortes. Mais c’est devenu trop facile à interpréter. Les accommodements sont devenus un peu hors de contrôle. Comme le port du kirpan qui a été la source de soulèvement populaire, étant contre cette décision de la cour suprême. Il s’en suit de plusieurs exemples de ce genre : le policier qui fait un contrôle sur un véhicule qui a commis un délit, la femme musulmane était interdite de parler à un homme par son mari. Ensuite, on commence à entrer dans le processus d’Hérouxville avec une étape de questionnement. Par exemple : ``Croyez- vous que les hommes et les femmes ont la même valeur`` (p.40) De plus, un sondage dans la MRC de Mékinac vient appuyer le code de vie d’Hérouxville. Ce code a fait tout une réaction dans la société québécoise. Ensuite, il y a l’explication des normes d’Hérouxville en long et en large. À propos des femmes, propos des enfants, à propos des familles etc. Viens la rencontre de la dame islamique à Hérouxville. Par la suite, la commission Bouchard-Taylor. Ce chapitre commence avec la chanson du policier sur les accommodements raisonnables et tout se qui en suit. Avec les lettres que les médias ont reçues. Pour conclure, l’auteur soulève les mêmes questions redondantes qui se retrouvent dans le livre.

0646581
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- ma.25 sept 2007-09 h57
- Ce livre porte sur les limites du partenariat en Suède, en Allemagne, en Autriche ainsi qu'en Norvège. L'auteur tente précisément d'analyser et d'évaluer "les formules de partenariat entre gouvernements, patronat et syndicats, misens en pratique depuis l'après-guerre".Ces pays ont tous une chose en commun, ils sont sociaux démocrates. En quelques pages, on nous résume le modèle suédois puis on établit une comparaison avec le système canadien. Par la suite, on explique quelques événements historiques ayant influencé l'Autriche et l'Allemagne. L'auteur du livre clo le sujet en parlant de la Norvège et en faisant une ouverture sur le partenariat et les politiques sociales.
On décrit la Suède comme étant un véritable modèle à suivre puis on explique le fondement de son engrenage. Au chapitre suivant, on apprend d'où naît le partenariat (principalement de la situation d'après-guerre) et on résume ses avantages et ses inconvénients. Quelques pages plus loin, on tente de découvrir d'autres formes de partenariat. Bref, pratiquement la moitié du texte porte sur le modèle suédois. Par la suite, on aborde la question de l'Allemagne et de l'Autriche, tout en tenant compte du contexte de guerre présent à l'époque. En dernier lieu, on parle de la Norvège, (pays avantagé par ses ressources pétrolières). Ce pays semble utiliser certaines politiques, parfois plus profitables que celles de la Suède. Bref, cet ouvrage est fort intéressant et nous décrit bien le contexte qui a influencé ces pays dans le choix de leur type de politique. Toutefois, il n'aborde pas la question des immigrants.

0636666
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
- Weidman koop,Marie-christine,Le québec aujourd'hui Identité,société et culture,Québec,presse de l'université laval, 2003,300pages
- ma.9 oct 2007-12 h41
- Le recueil, Le Québec d’aujourd’hui, est le résultat d’un séminaire de recherche sur le Québec contemporain en général. Le livre traite des l’héritages des québécois et de leur identité culturelle. Le but de l’auteur est en fait de fournir des outils de références aux étudiants et aux professeurs qui veulent s’initier au Québec et en savoir plus. Par des bibliographies détaillées et des notes abondantes, le livre donne, aussi, des informations pour se lancer dans des études approfondies de domaines spécialisés (voir ci-dessus).

Le Québec d’aujourd’hui, se divise 5 grandes parties, Premièrement, L’héritage historique des québécois qui comporte trois articles : Modernité et histoire des idées au Québec qui nous donne un résumé des courants de pensées des québécois, La politique d’une société distincte et plurielle qui se questionne sur la définition de l’identité québécoise et finalement le Québec au sein de la fédération canadienne. La deuxième partie se consacre sur les institutions et les questions sociales, mouvement des femmes, les systèmes éducatifs et politiques et les autochtones. Troisièmement, les auteurs parlent des aspects culturels, la langue française et les politiques des dictionnaires au Québec, les dilemmes de la modernité artistiques et les traditions populaires. Quatrièmement, les conférenciers traitent de la littérature et du cinéma au Québec. Le dépaysement linguistique, l’imaginaire des québécois, les origines de l’écriture migrante et les romans adaptés au grand écran. Finalement, le livre nous donne les ressources sur le Québec qui sont disponibles ailleurs.

Pour conclure, ce livre remplit parfaitement la mission qu’il s’est donné car il est remplit d’informations quoiqu’un peu difficile à lire il nous donne un très bon portrait de la société québécoise. Il est utile pour notre recherche car il décrit l’histoire du Québec et les québécois.

0435092
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- ma.9 oct 2007-21 h17
- LECLERC, Gilles, Journal d'un inquisiteur, Montréal, Lux, 2002. 323 p.

On vise en premier lieu la provocation, le début de la préface stipulant que le Québec est entré dans l'Histoire après 1960. La première édition datant de 1960, l'auteur avait à l'époque l'idée de dénoncer le milieu colonial anglo-américain et le cléricalisme qui régnaient au Québec. Publication refusée de toutes parts, elle refait surface en 1974. L'auteur s'adresse à des ''hommes libres'' en soutenant que les Québécois forment un peuple de suicidaires chroniques. On y passe de l'absence d'auto-critique québécoise à la thèse du monolithe canadien-français confiné entre l'Histoire, l'Église et le Peuple à la médiocrité et au dénigrement du savoir, sans que les parties en soient clairement déllimitées.

Les chapitres, dénués de titre, débutent chacun par une maxime qui les résume et dont voici les plus éloquentes: L'esprit de sérieux est l'antipode de l'humilité; L'Histoire a un sens mais pas de but; Les peuples élus naissent tous armés de leur mythologie; L'espoir a vécu si l'autorité continue à dresser la vérité contre la liberté...

L'auteur accomplit son but, ayant ''enfoncé son doigt dans quelques plaies secrètes'' et ayant montré à ses lecteurs à ne plus esquiver certains problèmes essentiels relatifs à la nation. L'ouvrage est utile pour se doter d'un point de vue extrêmement critique sur la situation étudiée mais non en tant que source absolue d'informations. Il ne constitue donc pas un ouvrage de référence en soi.

0553843
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- l.15 oct 2007-14 h42
- NOIRIEL, Gérard, Gens d'ici venus d'ailleurs - La France de l'immigration, 1900 à nos jours
Editions du Chêne, 2004. 296 p.


Le texte, fourni, documenté, problématisé, est l’essentiel de ce qu’il faut connaître et comprendre sur l’immigration en France. Il comporte plus de 300 photographies noir et blanc sur l’immigration et les immigrants en France.
Chaque photographie fait l’objet d’un commentaire précis, donnant sens à l’image qui est alors bien plus qu’une simple illustration. C’est aussi un livre au service d’une thèse, d’un discours, historique autant que politique.


Gérard Noiriel démontre dans ses premiers chapitres que, de 1900 à nos jours, les immigrants se sont trouvés confrontés aux mêmes difficultés d’accueil, de paperasserie administrative, de logement, de pénibilité du travail, de chômage, de xénophobie, de mise à l’écart ; que les difficultés, les moyens, les vecteurs, les progrès de leur intégration ont toujours été comparables. Il n’y a pas une bonne ou une mauvaise immigration.
Les chapitres suivant analyse de la même façon le Polonais immigré au début du siècle, l’Italien des années 30, le nord Africain des Trente Glorieuses. Mais il met également sur le même plan l’immigrant du travail et le demandeur d’asile, le réfugié espagnol fuyant le franquisme en 1939, ou les harkis au lendemain de la guerre d’Algérie. Aussi le livre suit-il une progression thématique, accompagnant la vie de l’immigrant, de son départ, à son arrivée en France, dans ses logements insalubres, dans ses difficultés administratives, dans son travail, sa vie de famille etc.

0541039
- Résumé d'un ouvrage en vingt minutes
-
- ma.23 oct 2007-11 h38
- PLATON, Apologie de Socrate et Criton, Paris, Éditions Flammarion, «GF Flammarion», 1997, 264 p.

L’ouvrage se divise en deux parties. D’abord, il y a l’Apologie de Socrate, qui concerne son procès où il se défend lui-même. Ensuite, dans le Criton, Socrate, après avoir été condamné à mort, reçoit la visite de son bon ami Criton qui lui propose de s’échapper. Le but de Platon était bien sûr d’exposer la philosophie de Socrate et bien sûr, de démontrer son innocence.

Il est difficile de décrire le contenu du livre par chapitre, car chacune des deux parties est écrite sous forme de discours. Alors que l’Apologie de Socrate est un discours assez uniforme, le Criton, quant à lui, est plus facilement divisible en différentes parties et sous parties. La première partie du texte réside dans les arguments de Criton à convaincre son bon ami Socrate de bien vouloir s’évader. Ses arguments sont le chagrin que la mort de son ami lui causerait, la mauvaise réputation qu’il aurait s’il n’accepte pas son offre (car les autres penseraient qu’il n’a rien fait pour l’aider) et que son refus ne serait pas conforme la justice, vis-à-vis de soi, de ses fils et de son entourage. La deuxième partie est donc constituée de la réplique de Socrate. Il évoque que l’opinion populaire ne compte pas, c’est celle de l’expert qui compte, qu’il commettrait une grave injustice s’il ne respectait pas les lois et que s’évader ne comporterait pas les avantages évoqués par Criton.

La visée de l’auteur est absolument bien réussie. Si bien que ces deux discours ont traversé des milliers d’années et qu’ils sont encore beaucoup lu aujourd’hui. Le Criton sera, je pense, d’une grande importance pour notre recherche. Sans toutefois nous informer sur les lois en vigueur de nos jours, il nous convainc très bien de leur importance et du respect que l’on doit leur accorder.